ESTHER LECUMBERRI

EuskeraCastellano

À Esther Lecumberri ne le dérange pas d’être née un mois de Janvier quand les rêves hibernent à cause de la prolongée dure froide. Elle avait une écharpe de pure laine d’un blanc pur et un chapeau avec la boule rouge qu’éclaté l’uniformité de l’ensemble. Á cette époque, la nouvelle fille de la Navarre n’était pas au courant que la laine serait le sort de sa vie. Mème pas à huit ans quand sa grand-mère d’abord lui appris à tricoter et à crocheter. La patience était son grand rival jusqu’à ce qu’elle puisse la transformer avec une grande habileté, dans ses premières chaussettes de laine, rose et vert, et l’accompagna dans les bottes sur les randonnées à travers les montagnes de son pays natal. Elle appris la tradition des aiguilles des femmes des villages qui abritaient leurs familles avec de la laine faite de ses propres mains.

Depuis lors, sous le capuchon de laine est née l’idée de transmettre la tradition de son petit coin de la vieille Pampelune. Un aperçu de tout vêtement avec certaines mesures, un petit test, et de leurs partenaires, le fil et des aiguilles, sont les premières étapes suffisantes pour son bonheur.

Esther, la fille de la laine, continue la capacité héritée de ses grands-mères, de concevoir des tricots et des les rendre éternels. Il n’y a pas plus de plaisir que de prendre un maillot qui a été fait par les mains d’un familiar à vous, ou même de votres mains. C’est ce qu’elle enseignent à leur élèves. Un maillot tricoté a le pouvoir de survivre de nombreuses générations.

Elle est inspirée de la laine comme un chaton entre les balles. Esther joue avec la laine pour transformer la dureté de la vie dans un pull en laine chaude comme refuge. Comme la laine, est apparemment ferme au toucher. Toutefois, elle est doux et plus au fil du temps, en plus elle a l’avantage d’être très chaude et légere.

De la laine, Esther a appris à être comme elle: forte, résistante et flexible. En travaillant avec de la laine a acquis la propriété de ne pas briser l’adversité avant de pouvoir revenir à son état naturel, à se plier sans se casser. Comme la laine. C’est Esther, la fille de la laine.

EuskeraCastellano

 

ESTHER LECUMBERRI

À Esther Lecumberri ne le dérange pas d’être née un mois de Janvier quand les rêves hibernent à cause de la prolongée dure froide. Elle avait une écharpe de pure laine d’un blanc pur et un chapeau avec la boule rouge qu’éclaté l’uniformité de l’ensemble. Á cette époque, la nouvelle fille de la Navarre n’était pas au courant que la laine serait le sort de sa vie. Mème pas à huit ans quand sa grand-mère d’abord lui appris à tricoter et à crocheter. La patience était son grand rival jusqu’à ce qu’elle puisse la transformer avec une grande habileté, dans ses premières chaussettes de laine, rose et vert, et l’accompagna dans les bottes sur les randonnées à travers les montagnes de son pays natal. Elle appris la tradition des aiguilles des femmes des villages qui abritaient leurs familles avec de la laine faite de ses propres mains.

Depuis lors, sous le capuchon de laine est née l’idée de transmettre la tradition de son petit coin de la vieille Pampelune. Un aperçu de tout vêtement avec certaines mesures, un petit test, et de leurs partenaires, le fil et des aiguilles, sont les premières étapes suffisantes pour son bonheur.

Esther, la fille de la laine, continue la capacité héritée de ses grands-mères, de concevoir des tricots et des les rendre éternels. Il n’y a pas plus de plaisir que de prendre un maillot qui a été fait par les mains d’un familiar à vous, ou même de votres mains. C’est ce qu’elle enseignent à leur élèves. Un maillot tricoté a le pouvoir de survivre de nombreuses générations.

Elle est inspirée de la laine comme un chaton entre les balles. Esther joue avec la laine pour transformer la dureté de la vie dans un pull en laine chaude comme refuge. Comme la laine, est apparemment ferme au toucher. Toutefois, elle est doux et plus au fil du temps, en plus elle a l’avantage d’être très chaude et légere.

De la laine, Esther a appris à être comme elle: forte, résistante et flexible. En travaillant avec de la laine a acquis la propriété de ne pas briser l’adversité avant de pouvoir revenir à son état naturel, à se plier sans se casser. Comme la laine. C’est Esther, la fille de la laine.

¡HABLAN DE NOSOTROS!